Choisir son sèche linge à condensation pour bien organiser les lessives de bébé

Le choix de votre sèche-linge à condensation est indispensable pour que vous puissiez correctement organiser les lessives de votre bébé qui sont très nombreuses ! Avoir un singe linge efficace vous fera gagner du temps et vous enlèvera une dose de stress ! Toutefois, choisir un sèche ligne à condensation peut être un vrai casse-tête sachant que les marques tout comme les modèles sont nombreux actuellement. Plus de panique, cet article vous aide à découvrir les différentes caractéristiques de l’appareil et des conseils pour en choisir un.

Particularités d’un sèche-linge à condensation

On relève deux grands types de sèche-linge en fonction du procédé de séchage : sèche-linge à évacuation et sèche-linge à condensation. Comme son nom l’indique, le modèle à condensation est doté d’un procédé de séchage à condensation. C’est la meilleure option si vous habitez en appartement et que vous n’avez pas d’extérieur ou de jardin pour sécher le linge. Il semble aussi être adapté pour une famille nombreuse (surtout pour organiser la lessive de bébé) car le séchage est non seulement rapide mais aussi efficace. De plus, il comporte plusieurs fonctionnalités programmables adaptées aux différents tissus notamment la laine, le coton, le jean, etc. Donc, vos vêtements s’useront moins grâce au sèche linge à condensation.
Comment fonctionne un sèche-linge à condensation ? Il se sert de l’air récolté de l’extérieur par une turbine puis situé et chauffé dans le tambour à l’aide de résistances pour sécher le linge. L’humidité des vêtements est ensuite filtrée avant de se transformer en eau qui va être récupérée dans un bac. Ce bac est à vider régulièrement mais on peut aussi raccorder un tuyau pour déverser l’eau récupérer dans les canalisations de votre appartement. A noter que vous n’êtes pas obligé d’installer un tuyau d’évacuation d’air comme avec les autres types de sèche-linge.

Nos conseils pour bien choisir votre sèche-linge à condensation

Voici nos conseils pour bien choisir votre sèche-linge à condensation :
• Si vous avez une famille nombreuse, choississez un modèle d’une capacité entre 7 et 9 kg. Une seule tournée suffira alors pour sécher une pile de linge.
• Optez pour une machine qui est moins énergivore : prenez le cas du modèle BOSCH WAE28210OFF qui consomme environ 165 kwh par an.
• Prêtez attention à la vitesse d’essorage : 1400 tr/mn pour ce même modèle BOSCH WAE28210OFF.
• Optez pour un modèle à pose libre, facile d’utilisation et plus pratique
• Comparez plusieurs modèles pour trouver le meilleur : faites-vous aider par des sites comparatifs. Tenez compte des avis des consommateurs et du prix et des caractéristiques de chaque modèle.

Faites découvrir la cuisine à vos enfants

Vivre pour manger ou manger pour vivre ? Cela ne présente pas beaucoup de différence pour les enfants. Et notons que manger est un rituel quotidien, qui ne doit jamais être pris à la légère quand on vit avec des enfants. Les faire manger c’est une chose, mais les faire cuisiner, c’est toute une autre histoire. Et pourtant, l’initiation à la cuisine peut, et doit se faire dès le plus jeune âge, pour ne qu’ils y prennent goût et ne le voient plus comme une corvée, une fois qu’ils seront plus grands.

Une idée pour élargir ses horizons

Nous le savons très bien, que les enfants, arrivés à un certain âge, devient très curieux, très actif. Il faut savoir profiter de cette occasion pour les apprendre le plus de chose, pour qu’ils obtiennent un maximum de compétence pour faire face à sa vie d’adulte. Bien que ça paraisse encore loin, il n’est jamais trop tôt pour prendre l’avenir de son enfant en main.

Ainsi, apprendre à faire la cuisine à son enfant, est une des activités à prévoir, absolument, parce que ce sera une chose dont il aura toujours besoin dans sa vie, une fois qu’il l’aura maitrisé. En effet, comme manger se fera toujours, qu’il soit petit ou grand, et qu’il n’aura pas toujours maman pour tout faire à sa place, il n’y a plus d’excuse pour ne pas s’y mettre.

De plus, faire découvrir la cuisine aux enfants ne se limite pas toujours à la nourriture, cela peut, également, être une occasion pour découvrir de nouvelles cultures, par des recettes qui viennent d’ailleurs. Ils ne n’apprécieront peut-être pas toujours, mais c’est ce qui fait de cette activité, une aventure culinaire.

Responsabiliser pour faire gagner en confiance

N’oubliez pas, que les laisser faire la cuisine, est avant tout, un pas vers une grande responsabilité, pour vos enfants. Ils auront, effectivement, une sensation de grandeur, de maturité, rien qu’en sachant que vous allez enfin décider de les laisser faire. Alors, agissez en cette voie, apprenez-les à prendre des décisions par eux même. Vous serez là pour superviser, et réaliser les étapes trop difficiles pour eux, et non pour tout faire à leur place.

Ainsi, vous pouvez toujours choisir des recettes simples, et faites pour les enfants, que vous pourriez trouver dans des livres de recettes de pâtisserie pour enfant qui ont été écrits pour cette raison. De cette manière, vos enfant pourront, très bien, réaliser la recette sans la moindre anicroche, et n’aura, donc, pas forcément besoin de vous appeler à l’aide.

Alors, en voyant qu’ils peuvent s’en sortir tous seuls, ils prendront confiance en eux, et auront plus d’estime pour eux-mêmes. Il est à noter que ce genre de confiance se gagne dès le plus jeune âge, et que c’est souvent, à cause d’expérience mal vécu, durant son enfance, que de nombreux adultes se voient rongé par un doute constant sur leur valeur. Ainsi, responsabiliser les enfants, tant que c’est possible, ne leur apportera que des bonnes choses.

Réveiller la passion

En chaque enfant, sommeille une passion, qu’il faut réveiller, pour en prendre conscience. Pour ce faire, on aura recours à divers activités, pour tenter de connaitre si l’enfant est fait pour celle-ci ou non. Ceci se traduira, alors, par la facilité avec laquelle l’enfant se familiarise avec de nouvelles activités, ou sa difficulté à trouver sa voie, malgré la multitude de tentatives.
La cuisine peut, très bien, être la passion de vos tous petits, sans que vous le sachiez. Alors, n’hésitez pas à organiser des séances, au cours desquelles, vous laisserez vos enfants mener le navire. Apprenez-leur les bases, pour qu’ils puissent s’en sortir comme des chefs, sans plus.
Et au fur et à mesure que les recettes se matérialisent, vous pourrez être surpris du talent que vos enfants possèdent. Bien sûr, ce ne sera pas le cas de tout le monde, alors soyez attentifs, soyez là pour les encourager si besoin est. Prenez le temps de les guider si jamais vous vous apercevez que la cuisine n’est pas leur fort. Ce qui n’est pas à négliger, pour éviter qu’ils ne se découragent facilement.

Faire la cuisine peut ainsi, devenir, plus qu’une tâche ménagère des plus banales, quand on sait y mettre du fun et qu’on l’apprécie à sa juste valeur. D’autant plus, cela consiste en une activité familiale si tout le monde veut y mettre du sien. Petits ou grands, on peut toujours apprendre et découvrir de nouvelles choses, et cela, dans notre cuisine. On n’a, donc, pas toujours besoin de sortir, ou débourser beaucoup d’argent, pour élargir nos connaissance, augmenter nos compétences, il suffit de savoir utiliser ce que l’on a. En effet, en apprenant à vos enfants à cuisiner, vous pourriez très bien faire des découvertes, vous aussi, alors vous en sortirez aussi gagnants.

Aide dans le choix d’un nid d’ange pour enfant

Le nid d’ange comme la gigoteuse est indispensable pour votre enfant mais les deux sont différents. Voyons ensemble la différence entre les deux et en même temps, nous allons vous donner nos conseils pour bien choisir le nid d’ange adapté à votre enfant.

Nid d’ange ou gigoteuse: lequel choisir ?

En préparant le trousseau de naissance, les mamans ont souvent des difficultés à choisir entre la gigoteuse et le nid d’ange. En les regardant, elles constatent peu de différence car tous les deux ressemblent à un sac de couchage. La plus grande différence réside dans le fait que la gigoteuse, appelée aussi turbulette, est parfaitement conçue pour la couchette, tandis que le nid d’ange est surtout adapté pour transporter bébé. Pour les sorties et les balades, cet accessoire facilite la vie des mamans, il suffit de le placer dedans pour qu’il profite d’un confort et d’une sécurité incomparables.
De plus, le nid d’ange peut être raccordé sur d’autres accessoires pour bébé à savoir siège auto bébé. Certains parents le rattachent aussi à une écharpe de portage ou la poussette en fonction de la situation. On peut dire qu’il s’agit aussi d’un vêtement puisqu’il est fabriqué à partir de velours, de coton, et d’autres matières douces et adaptées pour les tout-petits. Le nid d’ange protège votre enfant pendant les déplacements en le couvrant contre les courants d’air. Le mieux serait de disposer à la fois d’une gigoteuse et d’un nid d’ange, la gigoteuse pour dormir et le nid d’ange pour sortir :D.

Nos conseils pour vous aider à choisir un nid d’ange

Choisir un un nid d’ange pour bébé n’est pas si compliqué même si les marques et les modèles sont variés. Il faut avant tout tenir compte de quelques critères de choix notamment la taille et l’âge de l’enfant (0 à 36 mois), la matière de l’article, la compatibilité avec d’autres accessoires (siège auto, landau, poussette, etc.), le système d’ouverture (Zip, liens, fermeture, etc. Aujourd’hui, les marques proposent des modèles multi-usages qui facilitent davantage la vie des parents. De plus, ceux-ci leurs permettent de faire des économies car il peut jouer le rôle d’une gigoteuse, se transformer en tapis d’éveil, etc. Un seul achat est donc nécessaire pour profiter de trois articles différents pour votre enfant.

Focus sur les bijoux bolas de grossesse indonésiens

Des bolas de grossesse traditionnels avec cristaux de Swarovski

Connaissez-vous les bulan bola, ces célèbres colliers pour femme enceinte originaires d’Indonésie ? Ces pendentifs uniques allient tradition et modernité. Un mélange bien dosé qui charme de nombreuses femmes enceintes et égaie de plus en plus de ventres arrondis : le bola de grossesse est l’accessoire de maternité tendance par excellence.

Les bolas de grossesse parsemé de cristaux de Swarovski sur leur surface font fureur auprès des futures mamans tendances : la coque externe ou cage du bola est sublimés par les couleurs des cristaux de Swarovski qui peuvent être de couleurs variées selon les modèles (bleu, rose, rouge, jaune, blanc…). Les cristaux apportent une touche de luminosité au sautoir de maternité et l’effet est juste resplendissant sur les tenues de grossesse !

Bercez votre bébé au son du bola de grossesse, un bijou délicat et raffiné qui illuminera votre ventre de femme enceinte. Le collier bola se porte en sautoir, le long d’un pendentif de 110 centimètres : le bola de grossesse repose ainsi sur le bas ventre de la future maman au plus près de bébé. A chacun de ses mouvements, le pendentif bola tinte et émet un son doux et apaisant pour le bébé qui le rassure et le calme pendant la grossesse.

Les bijoux bolas de grossesse Swarovski (comme sur cette boutique de bijoux) sont composés d’une coque extérieure en argent véritable 925 ornée de différents motifs ciselés et incrustée de cristaux de Swarovski. Assorti à un ruban liberty en tissu, le sautoir de grossesse est un véritable accessoire tendance.

Ce travail minutieux et de qualité est réalisé par des artisans indonésiens qui travaillent à la main et dans le respect de la tradition du bulan bola indonésien. Tous les bijoux bolas sont normalement garantis sans nickel et doivent être livrés avec un certificat d’authenticité et une carte explicative sur l’histoire du bola de grossesse.

Le collier bola pour femme enceinte avec cristaux de Swarovski est un véritable bijou, un accessoire très aérien qui apportera féminité et classe à vos tenues de futures mamans. Après l’arrivée du bébé, il suffit de placer le bulan bola dans le doudou du bébé pour prolonger les effets bénéfiques du bijou !

Les anniversaires d’enfant à thème, une prestation à la mode

Suivez la tendance et organisez l’anniversaire de votre enfant autour d’un thème. Si vous ne savez pas quoi choisir pour célébrer l’année de plus de votre bout de chou, faites appel à une agence. Fêter un anniversaire à thème est une prestation à la mode et des professionnels se tiennent à votre disposition pour vous guider.

Quel thème pour l’anniversaire d’un enfant de moins de 3 ans ?

Si votre enfant a moins de 3 ans, vous pouvez vous-même choisir le thème de son anniversaire. Pour cela, observez son comportement afin de trouver éventuellement un thème auquel il accorde un intérêt particulier. Veillez à ce que l’axe autour duquel l’évènement se tiendra n’engendre pas du bruit et de l’agitation au risque de vite fatiguer votre bout de chou. Et en plus du choix du thème, vous devez décider du nombre d’invités de l’anniversaire et de la forme du gâteau.

La bonne attitude quand l’âge de l’enfant est compris entre 4 ans et 9 ans

Pour un enfant dont l’âge varie entre 4 ans et 9 ans, vous ne devez pas choisir le thème de son anniversaire à sa place. Dans cette fourchette d’âge, les goûts du petit commencent par s’affirmer et ce dernier peut décider du thème de sa fête. La bonne attitude à avoir est donc de lui demander ce qui lui ferait plaisir. Si votre enfant parle d’un thème dont vous trouvez difficile à exploiter pour l’organisation d’un anniversaire, vous pouvez lui proposer autre chose, en insistant sur les intérêts de ce choix. Mais si malgré ça il insiste sur le premier thème, vous devrez faire un effort pour respecter sa décision.

Les thèmes adaptés à l’anniversaire d’un enfant de 10 ans

Si votre enfant à 10 ans, cela veut dire qu’il commence à vouloir faire les choses comme les grands. Alors le thème de son anniversaire doit être moins enfantin. Par exemple, une fête centrée sur le bowling peut lui plaire tout comme une sortie au cinéma. Ce qu’il ne faut pas perdre de vue est qu’à 10 ans, les enfants aiment qu’on les invite à l’extérieur pour la célébration de leur anniversaire. Ne proposez donc pas à votre môme de rester sur place pour sa fête, surtout si vous ne disposez pas d’assez de place dans votre appartement.

Prévoir des activités autour du thème choisi

Il faudrait que les activités prévues à l’anniversaire de votre enfant tournent autour du thème de l’évènement. Vous en trouverez de pédagogiques, certains essentiels pour l’éveil et d’autres favorisant une dépense physique. Quel que soit votre choix, optez pour des activités qui permettront à votre enfant et ses amis de passer un bon moment.

Le brossage de dent des bébés et des enfants

Conseils aux nouveaux parents

  1. Nettoyez les gencives de votre bébé avec un linge humide pour réduire le nombre de bactéries.
  2. Dès que les premières dents apparaissent, utilisez une petite brosse à dents après les repas et avant le coucher.
  3. Utiliser un dentifrice avec fluor mais moins que la grosseur d’un petit poids puisque votre bébé peut en avaler une petite quantité.
  4. Instaurez une routine d’hygiène dentaire très tôt dans la vie de votre enfant. Les bébés aiment les activités de routine.
  5. Ne laissez jamais votre bébé dormir avec un biberon de lait, de jus ou de tout autre liquide contenant du sucre. Sachez que le lait contient également un sucre nommé lactose. Si vous avez l’habitude de lui donner un biberon de lait la nuit, remplacez le lait par de l’eau.
  6. Durant le jour, il est bon d’habituer le bébé à boire le jus avec une tasse plutôt que dans le biberon.
  7. Le meilleur lait que le bébé puisse recevoir est le lait maternel. Pour les mamans qui allaitent, les informations précédentes sont également valables et les dents du bébé doivent être brossées avant le dodo.
  8. Nous conseillons aux parents de visiter le dentiste avec leur bébé lorsque que celui-ci a atteint l’âge d’un an. Même si cela peut sembler tôt, cette première visite est tout de même importante puisqu’elle vise à détecter les anomalies dentaires mais aussi à prévenir la carie de la petite enfance. Les parents pourront recevoir de l’information pertinente et essentielle au sujet de la dentition de leur bébé.
  9. Pour plus d’information, n’hésitez pas à consulter votre dentiste ou hygiéniste dentaire qui se fera un plaisir de vous informer.

Conseils aux parents de jeunes enfants

  1. Brossez vos dents en même temps que votre enfant brosse les siennes afin qu’il adopte cette habitude par imitation.
  2. Laissez l’enfant se brosser lui-même les dents mais terminez son brossage pour vous assurer que chaque surface de toutes les dents soit bien propre.
  3. Initiez votre enfant à l’utilisation de la soie dentaire. Celle-ci seulement permet de déloger les aliments et les bactéries logés entre les dents. Passez doucement une soie cirée entre ses dents avant chaque dodo. Il est souhaitable de suivre cette routine dès que l’enfant a 2 ans. Ce dernier sera moins réticent à adopter lui-même ce comportement lorsqu’il sera plus âgé.
  4. Encouragez votre enfant à se brosser les dents 3 fois par jour. Le brossage avant la nuit est particulièrement important afin d’éviter que l’activité cariogène se déclenche par la présence des sucres et des bactéries.
  5. Encouragez l’enfant à ne pas boire (sauf de l’eau) ou manger après le brossage dentaire et le passage de la soie juste avant la nuit.

La sucette, mauvaise pour l’apprentissage du langage

Des milliers par jour vendues en France, 7 enfants sur 10 en auraient une dans la bouche. Mais vous, vous comprenez ce que disent vos enfants avec une tétine dans le bec ?

La sucette à volonté entraîne des difficultés à communiquer, à s’exprimer et donc à sortir de la petite enfance. Mais pourquoi en tant que parents éprouvons-nous le besoin de mettre une tétine dans la bouche de nos bébés ? Très bonne question surtout quand on sait que cette pratique ne s’est vraiment répandue que depuis une quinzaine d’années?

La réponse est apparemment simple : nous voulons les faire taire ! Un bébé pleure, s’exprime et réclame, pour manger, avoir des câlins de l’attention, c’est son seul moyen de communication, et cela prend du temps de répondre à ses demandes. Donner la sucette aux premiers pleurs ou même avant, dans certains cas, permet alors de ne pas être dérangé. Dans notre société actuelle chaque minute est comptée et cela est devenu un moyen de se débarrasser des enfants…

Un tantinet simpliste et radicale comme analyse, mais peut-être pas complètement fausse si on veut être tout à fait honnête !

Il est important de nuancer, téter est un besoin naturel chez un nourrisson, la tétine en est devenue un substitut culturel au corps à corps avec la mère et son utilisation ne devient un problème que quand elle est excessive en durée et en dans le temps. C’est à dire si un enfant en a une en permanence dans sa bouche et si cela dure au delà de 4-5 ans. Ces enfants sont alors devenus dépendants au « tétouillage » et c’est aux parents de les sevrer. Ils doivent apprendre à en maitriser son utilisation même si cela n’est pas toujours facile et les enfants quand à eux doivent apprendre la frustration causée par l’absence.

Il est alors important de parler à son bébé et d’échanger avec lui afin qu’il puisse ainsi comprendre et répondre à sa façon par des gazouillis, c’est par cette interaction que commence alors l’apprentissage du langage.03

Essayons de comprendre nos bébés

Faut-il materner nos bébés ?

En 2011, Jens Pruessner de l’institut Douglas, à montré l’influence des rapports mère-bébé sur le taux de cortisol, l’hormone  du stress, chez les jeunes adultes. On remarque que ceux qui ont été beaucoup maternés comme les autres avaient un faible taux, par ailleurs, dans le premier cas ce faible taux est associé à une meilleure estime de soi.

Donc en clair : materner son bébé le protège contre le stress et lui donne plus d’assurance pour affronter les situations angoissantes de la vie.

Faut-il leur parler bébé ?

Vous avez dit ridicule ? Et bien non, c’est tout le contraire ! Parler « bébé » en exagérant les intonations et en rallongeant les syllabes, garantirait une meilleure mémorisation des mots. Les phrases sont alors segmentées et il est beaucoup plus aisé pour les tout-petits de mieux comprendre où commencent et où finissent les mots.

Reconnaissent-ils leur maman ?

Leur capacité visuelle à discerner les détails est 60 fois plus faible que celle d’un adulte, cependant une équipe de chercheurs de Marseille et de Cambridge a montré que quelques jours après sa naissance le bébé reconnait le visage de sa maman. Mais ce uniquement dans le contour de la tête et la chevelure, car l’intérêt pour les détails n’apparaît que plus tard vers 2 ou 3 mois. Les bébés utilisent d’autres moyens comme l’odeur de la maman et de son lait.

Faut-il stimuler les tout-petits ?

Faut-il enchaîner les jeux et activités pour éveiller bébé, ou au contraire le laisser s’occuper seul sur son tapis d’éveil et découvrir par lui même ? Il existe un juste milieu, ne pas le saturer d’informations diverses, et lui laisser des moments à lui. La meilleure attitude à adopter s’il y en a une, être disponible sans pour autant devancer les demandes de bébé.

Quand le système immunitaire de bébé le protège t-il ?

Et bien dès le stade foetal ! Un arsenal de lymphocytes est mis en place dès le premier trimestre de la vie foetale, ces cellules préparent le terrain avant que les bactéries n’arrivent dans leur tube digestif, et contrôlent celles qui peuvent y entrer à la naissance. Ainsi elles régulent leur développement pour qu’une flore intestinale équilibrée s’installe. En complément, l’immunité des bébés se construit au contact des microbes, ceux de l’utérus de la mère (lors d’accouchements par voie basse) puis ceux de l’air ambiant. C’est vers 1 an qu’ils sont capables de se défendre seuls. Il faut savoir aussi que le lait maternel (pour les bébés allaités) leur apporte des tas d’anticorps.

Accompagner les parents dans le deuil

Nous vous parlons en général de la beauté de la grossesse et des joies de la maternité. Malheureusement, il arrive parfois que les choses ne se passent pas comme prévu, et que les parents soient confrontés au deuil (mort in utéro, accouchement qui se passe mal, grave maladie, IMG,…). Dans ces cas là, la douleur est immense et rien ne peut véritablement la soulager. Comment les aider à surmonter cette épreuve?

Vous vous sentez impuissants, c’est compréhensible. Vous ne savez pas quoi dire. Soyez présents et à l’écoute pour essayer de répondre à leurs besoins (une oreille attentive, une épaule pour pleurer, une aide pour les démarches, …). Mon dernier conseil serait de ne pas oublier leur enfant (sauf si c’est leur volonté à eux mais vous verrez dans les témoignages que ce n’est généralement pas le cas). Leur enfant a existé (même si son existence a été de courte durée). La douleur qu’ils ressentent quant à la perte de l’être aimé est souvent amplifiée par l’incompréhension des proches sur ce sujet.

Vous pouvez aussi leur parler de l’association Petite Emilie qui s’occupe d’accompagner les personnes en situation de deuil périnatal. Profitez-en pour lire les témoignages des personnes dans cette situation, cela vous permettra peut-être de mieux comprendre et de mieux aider vos proches.

Et si vous n’êtes pas dans cette situation mais que vous êtes touchés, vous pouvez toujours faire un don pour les soutenir !32

Du Motilium pour stimuler la lactation… Attention danger

Je lis un article aujourd’hui à ce sujet et qu’elle ne fut pas ma surprise ! Des professionnels de santé n’hésiteraient pas à prescrire du Motilium pour stimuler la lactation et l’astuce se transmet ensuite entre mamans sur le net !!! D’où un signal d’alarme déclaré par l’Afssaps…

Ces professionnels sont-ils conscients des risquent qu’ils font encourir aux bébés ? Plusieurs études montrent que la molécule du Motilium, la Dompéridone, peut entraîner des anomalies du rythme cardiaque et exposer les bébés à de graves risques.

L’allaitement n’est pas quelque chose de facile et d’inné, il faut de la patience et de la persévérance. La première chose qui va stimuler la lactation est le phénomène de succion du bébé, il faut donc lui proposer le sein aussi souvent que possible. Et d’autres solutions comme l’utilisation d’un tire-lait, boire régulièrement de l’eau, des tisanes à base de badiane ou aussi masser doucement vos seins en stimulant le tour du mamelon…

Il est important de vous écouter et d’essayer si vous en avez envie, rien ne doit vous culpabiliser si votre allaitement n’est pas aussi réussi que vous l’auriez souhaité car il faut bien se rendre compte qu’on est deux à partager ce moment et que votre bébé peut lui aussi décider de se nourrir ou non au sein.

Dans tous les cas si votre médecin vous prescrit quoi que ce soit qui vous paraît suspect, n’hésitez pas à demander un second avis ou à en parler à votre pharmacien.

Nos bébés sont si fragiles, protégeons les…