Essayons de comprendre nos bébés

Faut-il materner nos bébés ?

En 2011, Jens Pruessner de l’institut Douglas, à montré l’influence des rapports mère-bébé sur le taux de cortisol, l’hormone  du stress, chez les jeunes adultes. On remarque que ceux qui ont été beaucoup maternés comme les autres avaient un faible taux, par ailleurs, dans le premier cas ce faible taux est associé à une meilleure estime de soi.

Donc en clair : materner son bébé le protège contre le stress et lui donne plus d’assurance pour affronter les situations angoissantes de la vie.

Faut-il leur parler bébé ?

Vous avez dit ridicule ? Et bien non, c’est tout le contraire ! Parler « bébé » en exagérant les intonations et en rallongeant les syllabes, garantirait une meilleure mémorisation des mots. Les phrases sont alors segmentées et il est beaucoup plus aisé pour les tout-petits de mieux comprendre où commencent et où finissent les mots.

Reconnaissent-ils leur maman ?

Leur capacité visuelle à discerner les détails est 60 fois plus faible que celle d’un adulte, cependant une équipe de chercheurs de Marseille et de Cambridge a montré que quelques jours après sa naissance le bébé reconnait le visage de sa maman. Mais ce uniquement dans le contour de la tête et la chevelure, car l’intérêt pour les détails n’apparaît que plus tard vers 2 ou 3 mois. Les bébés utilisent d’autres moyens comme l’odeur de la maman et de son lait.

Faut-il stimuler les tout-petits ?

Faut-il enchaîner les jeux et activités pour éveiller bébé, ou au contraire le laisser s’occuper seul sur son tapis d’éveil et découvrir par lui même ? Il existe un juste milieu, ne pas le saturer d’informations diverses, et lui laisser des moments à lui. La meilleure attitude à adopter s’il y en a une, être disponible sans pour autant devancer les demandes de bébé.

Quand le système immunitaire de bébé le protège t-il ?

Et bien dès le stade foetal ! Un arsenal de lymphocytes est mis en place dès le premier trimestre de la vie foetale, ces cellules préparent le terrain avant que les bactéries n’arrivent dans leur tube digestif, et contrôlent celles qui peuvent y entrer à la naissance. Ainsi elles régulent leur développement pour qu’une flore intestinale équilibrée s’installe. En complément, l’immunité des bébés se construit au contact des microbes, ceux de l’utérus de la mère (lors d’accouchements par voie basse) puis ceux de l’air ambiant. C’est vers 1 an qu’ils sont capables de se défendre seuls. Il faut savoir aussi que le lait maternel (pour les bébés allaités) leur apporte des tas d’anticorps.

Accompagner les parents dans le deuil

Nous vous parlons en général de la beauté de la grossesse et des joies de la maternité. Malheureusement, il arrive parfois que les choses ne se passent pas comme prévu, et que les parents soient confrontés au deuil (mort in utéro, accouchement qui se passe mal, grave maladie, IMG,…). Dans ces cas là, la douleur est immense et rien ne peut véritablement la soulager. Comment les aider à surmonter cette épreuve?

Vous vous sentez impuissants, c’est compréhensible. Vous ne savez pas quoi dire. Soyez présents et à l’écoute pour essayer de répondre à leurs besoins (une oreille attentive, une épaule pour pleurer, une aide pour les démarches, …). Mon dernier conseil serait de ne pas oublier leur enfant (sauf si c’est leur volonté à eux mais vous verrez dans les témoignages que ce n’est généralement pas le cas). Leur enfant a existé (même si son existence a été de courte durée). La douleur qu’ils ressentent quant à la perte de l’être aimé est souvent amplifiée par l’incompréhension des proches sur ce sujet.

Vous pouvez aussi leur parler de l’association Petite Emilie qui s’occupe d’accompagner les personnes en situation de deuil périnatal. Profitez-en pour lire les témoignages des personnes dans cette situation, cela vous permettra peut-être de mieux comprendre et de mieux aider vos proches.

Et si vous n’êtes pas dans cette situation mais que vous êtes touchés, vous pouvez toujours faire un don pour les soutenir !32

Du Motilium pour stimuler la lactation… Attention danger

Je lis un article aujourd’hui à ce sujet et qu’elle ne fut pas ma surprise ! Des professionnels de santé n’hésiteraient pas à prescrire du Motilium pour stimuler la lactation et l’astuce se transmet ensuite entre mamans sur le net !!! D’où un signal d’alarme déclaré par l’Afssaps…

Ces professionnels sont-ils conscients des risquent qu’ils font encourir aux bébés ? Plusieurs études montrent que la molécule du Motilium, la Dompéridone, peut entraîner des anomalies du rythme cardiaque et exposer les bébés à de graves risques.

L’allaitement n’est pas quelque chose de facile et d’inné, il faut de la patience et de la persévérance. La première chose qui va stimuler la lactation est le phénomène de succion du bébé, il faut donc lui proposer le sein aussi souvent que possible. Et d’autres solutions comme l’utilisation d’un tire-lait, boire régulièrement de l’eau, des tisanes à base de badiane ou aussi masser doucement vos seins en stimulant le tour du mamelon…

Il est important de vous écouter et d’essayer si vous en avez envie, rien ne doit vous culpabiliser si votre allaitement n’est pas aussi réussi que vous l’auriez souhaité car il faut bien se rendre compte qu’on est deux à partager ce moment et que votre bébé peut lui aussi décider de se nourrir ou non au sein.

Dans tous les cas si votre médecin vous prescrit quoi que ce soit qui vous paraît suspect, n’hésitez pas à demander un second avis ou à en parler à votre pharmacien.

Nos bébés sont si fragiles, protégeons les…